oie


oie

oie [ wa ] n. f.
XIIIe; oe, oueXIIe; bas lat. auca
1 Oiseau palmipède (ansériformes), au plumage blanc ou gris, au long cou, dont une espèce est depuis très longtemps domestiquée; spécialt La femelle de cette espèce. Le jars, l'oie et les oisons. L'oie cacarde, criaille. Troupeau d'oies. Gardeuse d'oies. Engraisser des oies. Confit d'oie. Foie gras d'oie. Graisse d'oie. Fam. Boniments à la graisse d'oie. Plume d'oie, utilisée autrefois pour écrire. Duvet d'oie. Oie sauvage. bernache. Un vol, un passage d'oies sauvages.
Loc. Patte d'oie. patte-d'oie. Pas de l'oie. Couleur caca d'oie : jaune verdâtre. — Bête comme une oie.
2Fig. et fam. Personne très sotte, niaise. « Une grande oie infatuée d'elle-même » (Baudelaire). Vieilli Une oie blanche : une jeune fille très innocente, niaise. ⇒ oiselle. « oie blanche peut-être au lit mais inimitable aux fourneaux » (Orsenna).
3(1612) JEU DE L'OIE : jeu où chaque joueur fait avancer un pion, selon le coup de dés, sur un tableau formé de cases numérotées où des oies sont figurées toutes les neuf cases.
⊗ HOM. Ouah.

oie nom féminin (bas latin auca, du latin classique avis, oiseau) Gros oiseau (anatidé) à silhouette massive, cou allongé, bec large, pattes palmées, plumage brun ou gris, herbivore, migrateur, répandu dans tout l'hémisphère Nord. Familier. Personne sotte, niaise. ● oie (citations) nom féminin (bas latin auca, du latin classique avis, oiseau) Léon Bloy Périgueux 1846-Bourg-la-Reine 1917 Les événements ont ceci de commun avec les oies qu'ils vont en troupe. Le Désespéré Mercure de Franceoie (expressions) nom féminin (bas latin auca, du latin classique avis, oiseau) Jeu de l'oie, jeu que l'on joue avec 2 dés sur un tableau comportant 63 cases illustrées et où sont disposées des figures d'oie de 9 en 9 cases. Pas de l'oie, pas de parade dans certaines armées étrangères, allemande notamment. (La jambe est lancée à l'horizontale parallèlement au sol.) Oie blanche, jeune fille très candide et innocente. Oies du Capitole, oies consacrées à Junon, qui sauvèrent Rome en prévenant par leurs cris les Romains d'une attaque nocturne des Gaulois sur le Capitole (390 avant J.-C.). Oie d'Égypte, grand canard africain, voisin des tadornes, très souvent représenté sur les monuments de l'ancienne Égypte. ● oie (homonymes) nom féminin (bas latin auca, du latin classique avis, oiseau) ouas nom masculin

oie
n. f.
d1./d Oiseau migrateur (Fam. anatidés) répandu dans tout l'hémisphère Nord, qui descend un peu au sud pour hiverner. On engraisse les oies domestiques pour obtenir le foie gras. Plume d'oie, utilisée autref. pour écrire.
d2./d Jeu de l'oie: jeu consistant à faire avancer un pion selon le nombre de points obtenus aux dés, sur un tableau à cases numérotées, où sont figurées des oies.
|| Pas de l'oie: pas de parade en usage dans certaines armées qui s'effectue sans plier les jambes.
d3./d Nom donné à plusieurs oiseaux de la Fam. des anatidés. Oie d'égypte. Oie de Gambie (aussi appelée canard armé).
d4./d Fig. et péjor. Personne fort niaise. Oie blanche: jeune fille candide et niaise.

⇒OIE, subst. fém.
A. —1. ZOOL. Grand oiseau palmipède de la famille des Anatidés (s.v. -idés), dont certaines espèces sont domestiques. Garder les oies; troupeau d'oies; gaver, plumer une oie; duvet d'oie. Des oies, blanches comme des cygnes, lustrent leurs plumes à coups de bec (DU CAMP, Hollande, 1859, p.152). Chacun a vu des triangles d'oies dans le ciel, et voici la saison des changements, qui va nous ramener cette géométrie volante (ALAIN, Propos, 1934, p.1224):
1. Les doigts experts de la gorgeuse vont et viennent le long du cou (...). Le gésier plein, l'oie est lâchée. Une autre lui succède. L'opération se répète trois fois par jour. Elle est délicate. L'oie engraisse et s'alourdit. Au bout d'un mois, elle ne marche plus qu'à peine.
PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p.48.
Oie domestique (oie séquanienne, oie de Toulouse). (Dict. XIXes. et XXe s.).
Oie sauvage (oie cendrée, oie des moissons, oie rieuse) (Dict. XIXes. et XXe s.).
Plume d'oie. Plume provenant de l'aile d'une oie, taillée en pointe et utilisée autrefois pour écrire ou dessiner. Écrire avec une plume d'oie. Le maraud étant unique à (...) préparer les plumes d'oie, dont son maître usait communément (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p.68).
2. [P. anal. avec l'oie ou avec certains de ses traits caractéristiques]
Oie à duvet. Eider. Voici la fameuse oie à duvet ou canard eider, sous l'édredon de laquelle dorment nos petites-maîtresses; (...) qui n'admirerait ce petit ventre d'un blanc rougeâtre, ce bec vert? (BALZAC, Peau chagr., 1831, p.231).
Oie de mer. Dauphin (dont le museau long et plat rappelle le bec de l'oie). V. dauphin1 ex. 1.
Oie noire. ,,Macreuse`` (DG).
3. Expressions.
a) [P. allus. hist.] Les oies du Capitole. Oies consacrées à Junon sur le Capitole, à Rome, et dont les cris sauvèrent les Romains d'une attaque nocturne des Gaulois. L'histoire où l'on voit que les oies du Capitole sentirent l'approche nocturne des Gaulois et par ainsi sauvèrent Rome (GAUTIER, Fracasse, 1863, p.159).
b) [P. allus. à un recueil de contes de Ch. Perrault] Contes de ma mère l'oie. Contes destinés aux enfants, contes de fées. Le passé émeut (...) le petit enfant et l'aïeule; il n'en faut pour preuve que les Contes de ma mère l'Oie, les contes du temps que Berthe filait, les fables du temps que les bêtes parlaient (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p.322).
Au fig. Histoire qui n'est pas vraisemblable:
2. Ainsi s'expliqueraient les deux mille francs par mois de M.de Schwarzkoppen, ainsi que l'aventure du bordereau, qui serait en effet de la main d'Esterhazy, celui-ci l'ayant copié dans une ambassade qui tenait le document de Dreyfus. Voilà un joli conte de la mère l'oie.
CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p.444.
c) JEUX
Jeu de l'oie. Jeu qui se joue à plusieurs avec des dés et un tableau constitué de soixante-trois cases, illustrées et numérotées, disposées en spirale, dont certaines, placées de neuf en neuf et représentant une oie, permettent au joueur qui y parvient de doubler les points qu'il a faits:
3. ... le noble jeu de l'oie renouvelé des Grecs me ravissait. Dans le jeu de l'oie, tout vit, tout parle, c'est la nature et la destinée: tout y est merveilleux et tout y est vrai, tout y est ordonné et tout y est hasardeux. Les oies fatidiques placées de 9 en 9 m'apparaissaient ainsi que des divinités...
A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p.145.
Tirer l'oie, des oies. Exercice qui consistait à suspendre une oie vivante à un pieu et à lancer des bâtons contre ce but, jusqu'à ce que le cou de l'animal ait été rompu et détaché. J'ai envie de tirer des oies, comme à la fête de chez nous, avec un grand bâton (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p.64).
B.P. méton.
1. Chair de cet oiseau, que l'on utilise dans l'alimentation:
4. Il fit asseoir l'empereur (...) autour de sa table chargée de cerfs, de sangliers, de grues, d'oies sauvages et de paons roulés dans le poivre.
A. FRANCE, Contes Tournebroche, 1908, p.4.
SYNT. Oie confite (v. confit II A), rôtie; oie aux marrons; oie de Noël (engraissée pour être mangée à Noël); pâté de foie d'oie ou foie gras (v.foie B 1); graisse d'oie (au fig. boniments à la graisse d'oie, v. graisse A 1 b ).
2. Vx. Petite oie. Abattis de l'oie que l'on apprête de diverses manières. Petite oie. Faites cuire en hoche-pot (DUMAS 1873).
P. anal. ou au fig.
♦Garnitures qui agrémentaient les habits au XVIIe s. La Corbinière avait des chausses de petit velours noir, avec le pourpoint de toile d'argent blanc, le manteau pareil (...) et la petite oie d'argent (NERVAL, Filles feu, 1854, p.550).
♦Faveurs préliminaires qu'une femme accorde à un amant. V. octroyer A 1 ex. de Balzac.
P. ext. Préliminaire d'une action quelconque. (Dict. XIXe s.).
C. —[P. anal. avec certaines caractéristiques de l'oie]
1. (Couleur) merde d'oie, caca d'oie.
2. Pas de l'oie. Pas de parade en usage dans certains pays, et en particulier dans l'armée allemande du IIIe Reich. Et vous ne savez pas quel soldat est le soldat allemand, vous qui ne l'avez pas vu comme moi défiler au pas de parade, au pas de l'oie, Unter den Linden (PROUST, Temps retr., 1922, p.808).
3. Patte d'oie. V. ce mot.
D.P. compar. et au fig.
1. [P. réf. à la réputation de bêtise de l'oie] Loc. Être bête comme une oie; plus bête qu'une oie. Ah! ce gredin de Rougon! Plus bête qu'une oie sur toutes sortes de choses, et malin avec cela! (ZOLA, E. Rougon, 1876, p.94).
Péj. Personne très bête. C'est une oie. La mère est une oie, dit la baronne (...) mais ce n'est pas la mère que tu épouserais (FEUILLET, Honn. d'artiste, 1890, p.49):
5. ROSA: (...) (Allongeant son pied) Comment trouvez-vous ces petites pantoufles? ALIDOR: Dame! je les trouve en maroquin. ROSA: Monsieur le marquis, vous êtes une oie... ALIDOR: Une oie? ROSA: Apprenez que, lorsqu'une femme montre ses pantoufles (...) c'est pour qu'on lui parle de son pied!
LABICHE, Deux merles bl., 1858, III, 5, p.224.
Emploi adj. Elle gardait de l'entrevue (...) avec le nouveau magnat de la pellicule, un souvenir confus. Rien n'avait marqué (...) de cette conversation, où elle s'était sentie stupide, plus oie qu'il n'est possible (VIALAR, Tournez, 1956, p.50).
2. [P. assoc. entre la bêtise et la candeur] (Petite) oie blanche, petite oie. Jeune fille qui a reçu une éducation pudibonde, qui est niaise. Il y avait un point sur lequel mon éducation m'avait profondément marquée: en dépit de mes lectures, je restais une oie blanche (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.161):
6. Rosa vivait tout entière (...) dans un roman forgé par elle de toutes pièces: Christophe l'aimait en secret et n'osait le lui dire, par timidité, ou pour quelque inepte raison, romanesque et romantique, qui plaisait à l'imagination de cette petite oie sentimentale.
ROLLAND, J.-Chr., Adolesc., 1905, p.258.
3. Locutions
Marcher comme une oie. Avoir une démarche peu élégante. Il parle (...) de la femme anglaise, qu'il reconnaît ne savoir pas marcher, —oui, marcher comme une oie, —tandis que la grâce du marcher appartient à la Française (GONCOURT, Journal, 1889, p.979).
S'empiffrer (ou un autre verbe appartenant au même champ sém.) comme une oie. Manger de façon excessive. Comment, encore à bouffer! (...) Quand on a soixante jours de prison dans la peau ce n'est pas pour qu'on emploie le temps à s'empiffrer comme des oies? (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 3e part., 3, p.237).
REM. Ouette, subst. fém., ornith. ,,Bernache cravant ou bernache mouette`` (DUCHARTRE 1973). Il y en avait déjà au moins trente [oiseaux] (...) un bruant tout en or, une ouette qui balançait sa crête rouge et frappait de droite et de gauche avec ses ailes noires (GIONO, Que ma joie demeure, 1935, p.73).
Prononc. et Orth.:[wa], []. MARTINET-WALTER 1973 [wa], [] (9/8). Att. ds Ac. dep.1740. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1175 zool. (BENOÎT DE STE-MAURE, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 28945); b)1669 jeu de l'oie (MOLIÈRE, Avare, II, 1); c) 1907 pas de l'oie (Lar. d'apr. Lar. Lang. fr.); 1923 (Lar. univ.); 2. a) 1re moitié du XVIes. petite oie «abattis tranchés d'oie, qu'on sert à manger» (Rec. de poés. fr. des XVe et XVIes., éd. A. de Montaiglon et J. de Rothschild, t.10, p.168); b)1620 «accessoires, menus détails» (A. D'AUBIGNÉ, Hist. univ., XI, 18 ds HUG.); c) 1637 «ensemble des rubans, garnitures ornant un habit» (CORNEILLE, La Galerie du palais, IV, 13); d) 1665 «petites faveurs d'une femme à celui qu'elle aime» (LA FONTAINE, Contes ds OEuvres, éd. H. Régnier, t.4, p.265); 3. a) 1835 «personne très sotte, niaise» (Ac.); b) 1894 (M. PRÉVOST, Demi-vierges, p.174 ds ROB.: car, pour blanche, cette petite oie est blanche); 1909 oie blanche (MARTIN DU G., Devenir, p.158). Réfection, d'apr. oiseau, de l'a. fr. oe, oue «oie» (XIIe s. ds T.-L.), issu du b. lat. auca «oie» (IV-Ves. ds TLL), contraction de avica, dér. de avis «oiseau». La forme avec -i- apparaît à la fin du XIIes. dans le ms. T de la Chronique des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 28945. Fréq. abs. littér.:704. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 448, b)1611; XXe s.: a) 1441, b) 880. Bbg. DAUZAT Ling. fr. 1946, p.51. — GAMILLSCHEG (E.). Z. fr. Spr. Lit. 1930, t.54, p.212 (s.v. ouette). — LENOBLE-PINSON (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, p.5, 16, 46, 47. — SAIN. Sources t.3 1972 [1930], pp.42-43, p.184 (s.v. ouette).

oie [wa] n. f.
ÉTYM. XIIIe; oe, oue, XIIe; du bas lat. auca, de avica, du lat. class. avis « oiseau ».
A
1 Oiseau ansériforme lamellirostre (Anatidés; Palmipèdes) scientifiquement appelé anser, dont certaines espèces ont été domestiquées; spécialt, la femelle de cette espèce. || L'oie, de taille intermédiaire entre celle du canard et celle du cygne, a le plumage blanc ou gris; elle se nourrit de végétaux, de mollusques. || Mâle de l'oie. Jars. || Petit de l'oie. Oison. || Cri de l'oie. Cacarder (cit. 1 et 2), criailler, trompeter. || Troupeau d'oies. || Oie bridée. || Gardeuse d'oies.Oie de Noël, que l'on engraisse pour la manger aux fêtes de Noël. || Oie aux marrons. || Confit d'oie. || Rillons d'oie.Graisse d'oie.Loc. fam. Compliments, boniments… à la graisse d'oie (→ À la noix de coco).Gavage de l'oie. || Pâté de foie gras, de foie d'oie.Plume d'oie, autrefois utilisée pour écrire (→ Éloge, cit. 4). || Vol d'oies sauvages. || Oie de Sibérie. Jabotière. || Oie bernache. || Oie à duvet ou eider. || Oie-pie.
1 Au bord du chemin herbu, la Trouille, sans hâte, promenait ses oies, sous le roulement de l'averse. En tête du troupeau trempé et ravi, le jars marchait; et, lorsqu'il tournait à droite son grand bec jaune, tous les grands becs jaunes allaient à droite. Mais la gamine s'effraya, monta en galopant pour la soupe, suivie par la bande des longs cous, qui se tendaient derrière le cou tendu du jars.
Zola, la Terre, I, III.
2 Une oie dorée tourne mollement à la broche. Une délicieuse odeur de graisse et de chair croustillante embaume la chambre.
R. Rolland, Jean-Christophe, L'aube, I, p. 25.
3 Le grincement de ma plume d'oie sur le papier : un délice.
Paul Léautaud, Propos d'un jour, Notes retrouvées, p. 75.
tableau Noms d'oiseaux.
2 Jeu de l'oie : jeu qui consiste en un tableau formé de cases numérotées où des oies sont figurées toutes les neuf cases et sur lequel chaque joueur avance son pion d'après le nombre obtenu en lançant deux dés. || Déjà connu des Grecs, le jeu de l'oie, en faveur au XVIIIe siècle, est maintenant un jeu d'enfants.
3 Par anal. ou métaphore. || Patte d'oie. Patte-d'oie. || Pas de l'oie.Vx. || Couleur merde d'oie, ou (mod.), caca d'oie, jaune verdâtre. Merdoie. — ☑ Loc. Bête comme une oie : très bête (→ ci-dessous, 5.).
4 (…) un gros garçon d'une douzaine d'années, fort comme un bœuf, dévoué comme un chien, bête comme une oie (…)
Alphonse Daudet, le Petit Chose, I, I.
4 Allus. littér. || Contes de ma mère l'Oie (ou l'Oye) : contes de fées pour enfants; titre d'un recueil de contes de Ch. Perrault (par allusion soit à un fabliau où une mère oie instruit ses petits oisons, soit à la légende de la reine Berthe aux pieds d'oie, surnommée pour cette raison reine Pédauque).
5 Fig. Personne très sotte. Niais. || Une grande oie infatuée d'elle-même (→ Marcher, cit. 13).Loc. (Vx). Oie bridée.
5 Il n'y a pas à se gêner avec le public. Il est bête comme pas un (…) Pourvu que vous donniez à ces oies leur pâtée peu importe laquelle ! Elles avaleront tout.
R. Rolland, Jean-Christophe, La révolte, I, p. 415.
Oie blanche : jeune fille très innocente, niaise. Oiselle.
6 (…) me voilà ému parce que j'ai garé de ce sale Lestrange une petite fille niaise et innocente (…) Car, pour blanche, cette petite oie est blanche.
Marcel Prévost, les Demi-vierges, p. 174.
7 Il y avait un point sur lequel mon éducation m'avait profondément marquée : en dépit de mes lectures, je restais une oie blanche.
S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, p. 161.
B Loc. (vieilli). || Oie de mer : cachalot (→ Dauphin, cit. 2).
C (Vx). || Petite-oie : abattis de l'oie.Fig. Accessoires d'une chose, d'un costume (chapeau, bas, gants…).
8 Ne vous vendrai-je rien, Monsieur ? des bas de soie,
Des gants en broderie, ou quelque petite oie ?
Corneille, la Galerie du palais, IV, 13.
(1665). Fig. et fam. (Vx). Menues faveurs qu'une femme accorde à celui qui l'aime.
9 La petite-oie; enfin ce qu'on appelle
En bon français les préludes d'amour (…)
La Fontaine, Contes, « L'oraison Saint Julien ».
10 Suivant la jurisprudence amoureuse de cette époque, Marie de Saint-Vallier octroyait à son amant les droits superficiels de la petite oie.
Balzac, Maître Cornélius, Pl., t. IX, p. 929.
DÉR. (Du même rad.) V. Oison.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • oie — oie …   Dictionnaire des rimes

  • OIE — bezeichnet: im pommerschen Niederdeutsch eine (kleine) Insel, siehe Eiland die Greifswalder Oie, eine Insel in der Ostsee die Barther Oie, eine Insel in der Ostsee OIE steht für: Office International des Epizooties, siehe Weltorganisation für… …   Deutsch Wikipedia

  • Oie — bezeichnet: im pommerschen Niederdeutsch eine (kleine) Insel, siehe Eiland die Greifswalder Oie, eine Insel in der Ostsee die Barther Oie, eine Insel in der Ostsee OIE steht für: Office International des Epizooties, siehe Weltorganisation für… …   Deutsch Wikipedia

  • Oie — 〈[ɔıə̣] f. 19; pommerisch〉 kleine Insel * * * Oie   [ ɔj, ɔjə, aus dänisch ø »Insel«] die, pommerisch für kleine Insel, Eiland; z. B. Greifswalder Oie …   Universal-Lexikon

  • Oie — Oie, die; , n (Insel); Greifswalder Oie …   Die deutsche Rechtschreibung

  • OIE — puede referirse a: Organización Mundial de Sanidad Animal: una organización intergubernamental creada por un convenio internacional el 25 de enero de 1924, firmado por 28 países; Olimpiada Informática Española: un evento anual celebrado en España …   Wikipedia Español

  • Oie — (Greifswalder O.), s. Greifswalder Bodden …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Oie — Pour les articles homonymes, voir OIE. Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu : Le terme «  Oie  » s applique en français à plusieurs taxons distincts …   Wikipédia en Français

  • oie — (oî) s. f. 1°   Espèce d oiseau aquatique plus gros et plus grand que le canard : l oie sauvage, anser segetum ; l oie domestique, anser cinereus, dite absolument oie ; l oie à cravate, anas canadensis, L. ; l oie nonnette, la bernache nonnette,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • OIE — s. f. Espèce d oiseau aquatique, plus gros et plus grand qu une cane. Oie sauvage. Oie domestique. Oie grasse. Plume d oie.   Tirer l oie, se dit D une sorte d exercice qui consiste à suspendre une oie vivante à un pieu, et à lancer… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.